« Si je crie à la violence, pas de réponse, si je fais appel, pas de justice » (Job 19.7)

Lundi soir dernier, dans la foulée de l’attentat de Québec, plus de quarante personnes se sont rassemblées pour évoquer les changements à promouvoir pour l’amélioration du vivre ensemble dans notre milieu. Aujourd’hui, un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles, Londres a subi un attentat qui a fait au moins cinq morts et une quarantaine de blessés.

Alors que les signes du printemps évoquent l’espérance, plus que jamais nous avons besoin de cette Résurrection promise, envers et contre tout. Prions et agissons.

J’offre donc pour votre prière, une adaptation de la prière offerte par l’Église Unie et publiée dans notre infolettre le 22 mars 2016, en pleine semaine sainte.

Cette semaine la plus sainte de toutes,
nous sommes à nouveau submergés d’images de violence; confrontés à un tel carnage, face à la mort, à la peur et à la haine, nous ne savons trop comment répondre avec un amour à la fois compatissant et prophétique.

Nous prions pour toutes ces personnes qui subissent les retombées des gestes de terreur :
– les personnes tuées et blessées aujourd’hui dans les attentats de Londres;
– les personnes qui pleurent la perte d’êtres chers;
– et toutes ces personnes, dans nos communautés locales et internationales, qui sont victimes de violence, et qui pleurent les pertes de vie et la perte de leur sécurité.

Nous rendons grâces et nous offrons notre soutien :
– aux premiers répondants et aux divers intervenants qui apportent leur soutien de façon continue et consciencieuse à toutes les personnes éclaboussées par la violence;
– à ceux et celles qui sont artisans de paix et bâtisseurs de ponts;
– à tous ceux et celles qui luttent contre la haine et la peur par l’amour et la compréhension.

Alors que nous attendons Pâques, nous sommes conviés dans l’espérance à imaginer un monde où semblables violences et peurs seraient à jamais bannies. Amen.

Je sais bien, moi, que mon rédempteur est vivant, que le dernier, il surgira sur la poussière. » (Job 19, 25)

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *