Et s’écoule la Vie, au-dedans au-dehors de vous

Il y a 50 ans, « en 67 tout était beau, c’était l’année de l’amour, c’était l’année de l’Expo » selon les paroles de Pierre Huet, chantées par Beau Dommage dans le Blues d’la métropole. Il y a cinquante ans, 1967 annonçait au Québec la révolution tranquille, véritable débâcle des traditions rigides et des dictats autoritaires, dont l’Église institution était la représentante par excellence. La culture mondiale de la jeunesse de l’Occident allait inviter à tout examiner et questionner, particulièrement ce que politiciens, enseignants et curés s’évertuaient à déclarer définitif, permanent et inamovible.

Les extraits de la Bible inspirant cette réflexion sont donnés à la toute fin de la prédication. Vous pouvez cliquer sur les liens pour lire les extraits.

Dans l’univers religieux chrétien classique de ma jeunesse, la Trinité illustrait parfaitement un tel état de chose. Haute voltige intellectuelle pour théologiens patentés qui nous disaient que penser et comment se comporter, ce dogme a subi lui-aussi des déconstructions iconoclastes, dont certaines ne manquaient pas d’humour; c’était une douce revanche pour les heures aussi interminables que pénibles de petit catéchisme ânonné en chœur, ces centaines de questions à apprendre par cœur sans souci de vraiment comprendre.

Il y a 50 ans, c’est beaucoup à travers la musique que se sont exprimés et transmis comme par contagion une vision du monde et des aspirations sociales et philosophiques novatrices, ce qui fut qualifié alors de contre-culture. Il y a 50 ans, ce 1er juin, les Beatles concrétisaient cette mouvance par un album devenu une référence mythique et un moment charnière dans l’univers musical, Sgt. Pepper’s Lonely Heart Club Band. Et on y parlait même du ‘religieux’ (mais non pas d’une religion) dans une chanson qui évoquait l’expérience du Divin sans prétendre en donner une définition obligée. Within You Without You (au-dedans au-dehors de toi/ en toi hors de toi) invitait chacun à s’ouvrir à son identité profonde au-delà des rôles et des conventions. Ce fut pour moi une véritable révélation, ce que le catéchisme n’avait jamais été.

Il y a 50 ans, lentement, sans trop m’en rendre compte, j’ai commencé à ressentir (plutôt qu’à comprendre) que la vie est une réalité mystérieuse et sacrée, que le simple fait d’exister est déjà une dimension spirituelle, que tous les vivants sont en interactions constantes et qu’ils peuvent s’influencer mutuellement, pour le meilleur comme pour le pire. Et que s’écoule la vie, au-dedans au-dehors de soi, de vous, de moi, de nous. Progressivement, cette vie qui coule, flot divin, a pris un contour plus précis : j’ai fait l’expérience de l’Esprit qui m’a rendu réceptif au Dieu personnel, Créateur, Père/Mère, accessible dans l’humanité de Jésus, le Christ. Et de notion abstraite rébarbative, la mention de la Trinité est alors devenue une expérience fascinante, lumineuse et apaisante, où je découvre que l’intimité même de Dieu, c’est la relation.

« Nous n’arriverons jamais jusqu’à nous-même à moins de découvrir tout d’un coup que la vérité de notre « je » et « moi », c’est un rapport avec l’Autre ! C’est dans cette relation toute neuve avec Toi, Dieu intérieur à nous-mêmes, que nous aboutissons enfin à l’authenticité et la vérité sur nous-mêmes. Ainsi Jésus nous révèle Dieu précisément, éternellement, comme une communion d’amour absolument parfaite. » [Zundel]

« Tous reliés / toutes nos relations ». Cette expression traditionnelle de la sagesse autochtone exprime de façon concise une vérité profonde, tant des rapports entre les humains et avec la nature qu’avec le divin même, le Grand Esprit. Dieu n’est pas un Éternel solitaire : en Lui, c’est l’échange et le partage total qui produisent une fécondité elle aussi totale. Image mystérieuse aux ramifications inépuisables, la méditation chrétienne du Divin, de la Trinité, nous rejoint au cœur même de ce qui importe le plus dans nos existences : des relations authentiques, nourrissantes et transformatrices. Entre parents ou amants, entre amis ou camarades de travail, dans nos rapports à la nature et à toutes les créatures, c’est à la rencontre d’amour, au partage que nous sommes conviés.

Nos paroles humaines, pas plus que les paroles des Écritures, n’épuiseront jamais l’insondable du divin. Pourtant nos humbles tentatives d’exprimer l’indicible sont une source d’inspiration et de motivation pour les générations successives. Chacune, chacun de nous est un ‘catéchisme’ pour les autres dont l’intelligibilité des questions et réponses sera proportionnelle à l’intégration dans notre existence de cette ‘circulation trinitaire’ de la Vie qui s’écoule au-dedans au-dehors de nous. C’est pour cela que ce matin je n’ai pu trouver mieux que d’utiliser cette référence qui, jadis, a été signifiante pour moi, en espérant qu’elle aura été un tant soit peu utile pour vous. Amen.

Par Denis Fortin, pasteur

Église Unie Saint-Pierre – Dimanche de la Trinité « A » – 11 juin 2017

******

Within You Without You (En toi et hors de toi)

 George Harrison > Sgt. Pepper’s Lonely Heart Club Band

Traduction selon https://www.lacoccinelle.net/278787.html

We were talking
Nous parlions
About the space between us all
De l’espace entre nous tous
And the people
Et des gens
Who hide themselves behind a wall of illusion
Qui se cachent derrière un voile d’illusion,
Never glimpse the truth
Qui n’entrevoient jamais la vérité.
Then it’s far too late
Mais alors il est bien trop tard
When they pass away
Quand ils disparaissent dans la mort

We were talking
Nous parlions
About the love we all could share
De l’amour que nous pourrions tous partager
When we find it
Quand nous le trouverons
To try our best to hold it there
De faire de notre mieux pour le garder là.
With our love
Avec notre amour,
With our love
Avec notre amour
We could save the world
Nous pourrions sauver le monde.
If they only knew
Si seulement ils savaient.

Try to realise it’s all within yourself
Essaie de réaliser que tout cela est en toi-même
No one else can make you change
Personne d’autre ne peut te faire changer
And to see you’re really only very small
Et de voir que tu es en réalité vraiment tout petit
And life flows on within you and without you
Et la vie continue de s’écouler en toi et hors de toi.

We were talking
Nous parlions
About the love that’s gone so cold and the people
De l’amour qui s’est refroidi et des gens
Who gain the world and lose their soul
Qui gagnent le monde mais perdent leur âme.
They don’t know
Ils ne savent pas.
They can’t see
Ils ne peuvent voir.
Are you one of them ?
Es-tu l’un d’eux ?

When you’ve seen beyond yourself
Lorsque tu as vu au-delà de toi-même
Then you may find
Alors tu peux découvrir
Peace of mind is waiting there
Que la paix intérieure attend là.
And the time will come when you see we’re all one
Et viendra le temps où tu verras que nous ne faisons tous qu’un
And life flows on within you and without you
Et la vie continue de s’écouler en toi et hors de toi.

LECTURES BIBLIQUES

Psaume 8

2 Corinthiens 13, 11-13

Matthieu 28,16-20

Et s’écoule la Vie, au-dedans au-dehors de vous

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *