L’Église Unie du Canada

QU’EST-CE QUE L’ÉGLISE UNIE DU CANADA ?

new_logo Il est d’usage de présenter l’Église Unie du Canada comme étant la plus importante confession chrétienne protestante du pays.
Elle n’existe sous sa forme particulière qu’ici, même si d’autres formes d’Églises protestantes unies existent un peu partout à travers le monde.
L’idée de l’Église unie a germé dans l’Ouest canadien au début du XXe siècle, lorsque de nombreuses colonies de peuplement sont venues s’établir sur ces terres fertiles.
Or, il se trouva que la demi-douzaine de familles qui venaient former un village appartenaient à une demi-douzaine de confessions religieuses différentes… Il fallut souvent que les communautés acceptent de partager un même lieu de culte et, dans certains cas, un même pasteur. Ceci créa des rapprochements, plus précisément entre les Églises presbytérienne, méthodiste et congrégationaliste, conduisant à la grande union pancanadienne célébrée le 10 juin 1925. Cependant, 30% des presbytériens choisirent de faire sécession pour poursuivre leur route au sein de l’Église presbytérienne du Canada.

LE NOUVEL EMBLÈME DE L’ÉGLISE UNIE
L’écusson sert à identifier officiellement l’Église. C’est pour cela qu’on le trouve sur les documents légaux, les certificats d’ordination et les autorisations d’administrer les sacrements. Il a été dessiné par Monsieur V.T. Mooney, ancien trésorier de l’Église.

Pour les membres de notre Église, cet insigne constitue un rappel historique et spirituel. Sa forme ovale évoque la forme du poisson, forme que les premiers chrétiens et chrétiennes utilisaient pour s’identifier. Les initiales des mots « Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur » formaient, en grec, le mot poisson. Le X, au Centre de l’insigne, est la première lettre du mot Christ en grec et est traditionnellement utilisé pour le désigner.

L’Église Unie est née, en 1925, de l’union des Églises méthodiste, congrégationaliste et presbytérienne (réformée). Ainsi que de 62 paroisses autochtones, essentiellement méthodistes

La Bible ouverte représente les Églises congrégationalistes qui mettent l’accent sur la vérité de Dieu qui libère. De cette confession nous avons hérité d’une liberté de prophétisme, d’un amour de la liberté spirituelle, d’une conscience du pouvoir créateur du Saint-Esprit et d’une tradition d’engagement pour la justice sociale.

La colombe, emblème du Saint-Esprit (Marc 10) qui transforme, a été la marque distinctive de l’Église méthodiste. D’elle nous avons reçu un héritage de zèle évangélique, de préoccupation pour la rédemption de l’humanité, de chaleureuse communion chrétienne, de témoignage d’expérience spirituelle et de ministère de chant sacré.

Le buisson ardent est le symbole presbytérien. Il nous rappelle le buisson qui brûlait sans se consumer (Exode 3: 2) et symbolise l’Église indestructible. Le presbytérianisme nous a légué un grand respect pour la dignité du culte, pour l’éducation de tous, pour l’autorité de l’Écriture et pour l’Église comme corps du Christ.

L’alpha et l’omega, dans la partie inférieure de l’écusson, représentent la première et la dernière lettre de l’alphabet grec. Elles symbolisent le Dieu éternel, vivant et tout-puissant (Apocalypse 1: 8).

Les couleurs au centre, représentent la roue de la médecine autochtone. Le blanc pour le nord, le rouge pour le sud, le jaune pour l’est et le noir pour l’ouest.

L’énoncé en langue mohawk, « Akwe Nia’ Tetewá :neren », signifie « toutes mes relations ». Un énoncé qui, d’une perspective autochtone, résume le message et la vision de Jésus Christ. Dans l’écusson, il vient s’ajouter à la devise en latin de l’Église Unie inspirée de l’Évangile de Jean…

« ut omnes unum sint » qui signifie « que tous soient un » et nous rappellent que nous sommes, à la fois, une Église « unie » et « unifiante ». Le synode canadien de l’Église des Frères évangéliques unis s’est joint à l’Église Unie du Canada, le 1er Janvier 1968. Que le Saint-Esprit continue à nous inspirer, à nous conduire dans la volonté du Sauveur, Jésus-Christ. Que notre prière soit celle du Christ afin que nous soyons vraiment « tous un » !

Ce texte est, en partie, un extrait du livret « Église Unie – Doctrine et Confession de foi ».

Pour en savoir davantage sur les ministères en français de l’Église Unie, cliquer ici.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *